La Bayadère - Amicale Sportive Bonnelloise

Aller au contenu

Menu principal :

La Bayadère

Danse Classique > Sorties


La Bayadère

Ballet et Orchestre
de l'Opéra national de Paris

Danse classique, Musique classique

Opéra Bastille
place de la Bastille

75012 Paris

Ballet de Rudolf Noureev
En trois actes

Musique
   Ludwig Minkus
   Réalisée par John Lanchbery

Livret
   Marius Petipa
   Serguei Khoudekov

Direction musicale
Chorégraphie
Mise en scène
D'après
Décors
Costumes
Lumières

Fayçal Karoui
Rudolf Noureev

Rudolf Noureev
Marius Petipa
Ezio Frigerio
Franca Squarciapino
Vinicio Cheli


Les Étoiles, les Premiers Danseurs, le Corps de Ballet et la participation des élèves de l'École de Danse.
Orchestre Colonne

Dernier ballet de Rudolf Noureev, La Bayadère est à la fois un somptueux rêve oriental et le testament chorégraphique d'un danseur flamboyant. Pièce maîtresse du répertoire russe, ce ballet n'avait pourtant jamais été présenté en France dans son intégralité avant 1992, date de sa création à l'Opéra de Paris. Les amours contrariées de la danseuse hindoue Nikiya et du noble guerrier Solor, chorégraphiées par Marius Petipa sur une musique de Ludwig Minkus, n'ont été révélées en Europe qu'en 1961, lors d'une tournée du Kirov dont Noureev allait profiter pour quitter définitivement sa terre natale… Seul le Royaume des Ombres, extrait de l'acte III et considéré comme un sommet de l'art chorégraphique, était alors dansé de ce côté du rideau de fer.
Transmise par des générations de danseurs, La Bayadère a connu de multiples adaptations avant de nous parvenir dans celle que nous connaissons aujourd'hui. En s'inspirant de la version qu'il avait lui-même dansée, Noureev a recomposé le ballet, proposant un spectacle à son image : étincelant et virtuose, servi par les décors somptueux d'Ezio Frigerio et les costumes chatoyants de Franca Squarciapino, inspirés de l'ancienne Perse et d'une Inde fantasmée. Succès jamais démenti de l'Opéra de Paris, La Bayadère est restée une fête pour les yeux, avec ses morceaux de bravoure et ses grands mouvements d'ensemble.

Retourner au contenu | Retourner au menu